Blog « Traces et Mémoire »

Bienvenue sur les carnets d'histoire du Luxembourg belge !
Nous vous invitons à remonter le temps, à redécouvrir les traces du passé.
Faits de la grande et de la petite Histoire, gestes et savoir-faire, traditions et folklore, personnages réels ou légendaires... Au travers des articles du blog, nos rédacteurs, nos ambassadeurs et vos coups de cœur contribueront à faire revivre l'Ardenne et la Lorraine d’autrefois.

Théroigne de Méricourt, l’Amazone des Ardennes

5
juil
2016

Par 5 juillet 2016 Catégories Faits et sites historiques Pas de commentaires

Deux spectacles au cœur de la forêt de St-Hubert

Ne manquez pas de voir cet été au Fourneau Saint Michel, deux créations contemporaines qui associent l’art théâtral, la musique et la danse. Ils racontent la vie d’une femme hors norme et native de l’Ardenne: Théroigne de Méricourt.

theroigne-de-mericourt -visuel site avec titre

Ces deux mises en scène indépendantes mais complémentaires se dérouleront, l’une sous chapiteau, et l’autre en extérieur, dans le vaste domaine du Fourneau les 6, 7, 12, 13, 14 et 15 août. À ces dates, les familles et les visiteurs vont jouir à la fois de la sérénité d’un lieu de mémoire et des talents d’une cinquantaine d’artistes professionnels : musiciens, danseurs, chorégraphes, comédiens, costumières…. au parcours impressionnant.

Une création en deux parties

À l’extérieur, à 14 h 30 et à 16h 15une première représentation montrera en cinq tableaux l’incroyable vie de cette première « militante » des droits de la femme. Les comédiens évolueront dans ce lieu magique qui fut lui-même touché par la Révolution française. En effet, propriété de l’Abbaye de Saint Hubert, le Fourneau St-Michel est confisqué en 1793 par les Républicains et vendu comme biens nationaux.

Ces scénettes en plein air sont écrites par Laure Chauvaux et Guy Pieters. Comédienne et professeur d’art dramatique, Laure Chauvaux est accoutumée de la mise en scène de balades contées. Guy Pieters, comédien,  est également l’auteur de plusieurs créations collectives. Les deux artistes ont déjà approché un pan de l’histoire ardennaise puisqu’ils organisent le spectacle historique de St-Hubert à l’occasion des journées internationales de la chasse et de la nature.

La partie sous chapiteau, programmée à 18 h, est écrite et construite par Fabrice Gardin du théâtre des Galeries, metteur en scène et auteur de pièces et de romans. Il fera revivre les moments forts de la vie de Théroigne à l’époque de la Révolution française. Cette partie est conçue pour une tournée dans les centres culturels et les écoles en 2017-2018.

En pratique

Domaine du Fourneau Saint-Michel à Saint-Hubert :

Infos et réservations pour les spectacles : + 32 (0)84 210 890 ou billetterie@province.luxembourg.be

Après-midi complète (2 spectacles) : 12 € sur place | 8 € en prévente | – de 6 ans : gratuit
Accessibilité PMR – Chaussures adaptées au terrain recommandées

Théroigne de Méricourt, l’égérie d’un monde en révolte

L’histoire singulière de Théroigne de Méricourt pourrait relever de l’anecdote. Mais elle va se hisser au rang de symbole. Avec d’autres grandes figures féminines comme Olympe de Gouges, Madame de Staël ou encore Madame Tallien qui vécut également sur notre territoire au château de Chimay,

Les femmes révolutionnaires

Vous souhaitez en savoir plus sur le destin hors du commun de ces femmes de la Révolution? Visionnez l’émission de Stéphane Bern « Secret d’Histoire » programmée ce 12 juillet sur France 2!

http://www.newstele.com/2016/06/les-femmes-de-la-revolution-dans-secrets-d-histoire-le-12-juillet.html

Théroigne marque l’histoire toujours actuelle de l’émancipation de la femme. Théroigne dite aussi « la belle Liègeoise » va user de sa force et de son charme pour revendiquer l’égalité entre les hommes et les femmes et son droit d’exercer tous les métiers.

Theroigne1817parRaffet

À partir de 1792, elle réclame le droit des femmes à participer à la lutte armée et réclame la formation de bataillons d’amazones. De cette époque date un portrait authentique réalisé par Jean Fouquet et gravé par Gilles-Louis Chrétien. Théroigne apparaît les cheveux courts et porte un vêtement masculin, une tenue qu’elle veut porter pour incarner cette parfaite égalité.

Aux côtés de Olympe de Gouges qui publie en 1791 sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, elle exige, plus d’un siècle avant le combat des « suffragettes », le droit de vote mais aussi et avant tout, le droit à l’instruction, au divorce, à l’union libre, aux pensions alimentaires pour les enfants légitimes ou non, à la recherche en paternité…

Par Jean Fouquet

Par Jean Fouquet

Plus tard, l’époque romantique retient de Théroigne ce tempérament de guerrière. En 1854, dans Les Femmes de la Révolution, le grand historien Jules Michelet écrit : « C’était la jolie demoiselle Théroigne de Méricourt, une Liégeoise, vive et emportée […]. Piquante, originale, étrange, avec son chapeau d’amazone et sa redingote rouge, le sabre au côté, parlant à la fois, pêle-mêle, avec éloquence pourtant, le français et le liégeois. ». Il se réfère probablement à la représentation du peintre Raffet.

En 1830, un autre peintre, Eugène Delacroix, l’aurait choisie pour représenter le célèbre tableau  La liberté guidant le peuple. Le poète Baudelaire l’évoque dans les Fleurs du Mal. Pour rendre hommage à cette audacieuse combattante, la Ville de Liège a baptisé sa nouvelle passerelle sur la Meuse : La Belle Liégeoise. Inaugurée  le 2 mai 2016, elle conduit au Musée de la Boverie fraîchement rénové.

histoire-image.org tsi5_delacroix_001f

Eugène Delacroix, La liberté guidant le peuple, 1830 Copy Histoire-image.org

Un surnom qui vient d’Ardenne

Son surnom : Théroigne de Méricourt, elle le doit à la presse monarchiste qui la dénigre en lui faisant porter, à tort, un rôle majeur lors des  « journées révolutionnaires » des 5 et 6 octobre 1789.

Méricourt pour Marcourt, un petit village à côté de Rendeux et de La Roche-en-Ardenne où elle naît en 1762. Anne-Joseph Terwagne, jeune paysanne va perdre sa mère à 5 ans. À 13 ans, elle quitte la ferme de son père et va pérégriner : vachère dans le Limbourg, bonne dans une famille liégeoise, dame de compagnie à Anvers. À Londres, elle devient la maîtresse d’un officier d’infanterie qui l’abandonne. D’Angleterre en passant par l’Italie où elle espérait mener une carrière de chanteuse, sa vie tumultueuse l’amène Paris où elle est gagnée par les idées de la Révolution.

Stèle Théroigne Méricourt, Rendeux

Stèle Théroigne Méricourt, Rendeux

Du côté des Girondins, révolutionnaires modérés, elle est prise à partie par des « tricoteuses » du parti de Robespierre, le 15 mai 1793. Elle est déculottée et fessée en public puis sombre dans la folie. Internée dès 1794, sa vie se termine tragiquement à la Salpêtrière.

Cette histoire singulière a inspiré de nombreux artistes et encore très récemment, elle est l’héroïne d’un jeu vidéo bien connu, Assassin’ Creed Unity. L’illustrateur Palix et Jacques Herbet ont illustré son parcours dans une bande dessinée richement illustrée (aux éditions Weyrich).

Palix theroigne-cover

Son parcours nous interpelle encore et toujours aujourd’hui. Dans de nombreux débats actuels, des femmes courageuses nous rappellent que le combat pour les droits de la femme sont toujours à défendre. C’est le sens que les créateurs des portraits de l’ affiche et des spectacles ont voulu donner : tant dans la forme que dans les propos, la création théâtrale inspirée par une figure historique ardennaise, sera résolument contemporaine.

Pour les beaux yeux de Théroigne

Et les pour les beaux yeux de cette Ardennaise qui a su défendre des idées d’égalité des sexes et de droit à la citoyenneté, les forces du tourisme et de la culture des provinces de Luxembourg et de Liège, soutenues par la Région wallonne se sont unis pour porter un  projet qui défend les valeurs et une identité communes.

D’abord, cette création théâtrale qui  a été conçue à l’initiative de la Province de Luxembourg, produite par la Maison de la Culture Famenne-Ardenne au sein de l’espace touristique du Fourneau Saint-Michel.

Ce beau spectacle sera un tout beau moment à partager en famille, un moment hors du temps dans un cadre exceptionnel. Et ce n’est pas tout ! Des expositions dont une réalisée par le centre de documentation de l’Ourthe moyenne et l’association « le miroir vagabond » de Rendeux seront présentées sur le site. Histoire de faire encore plus ample connaissance avec le contexte historique de l’Ardenne et de l’Europe à la fin du 18e siècle !

À ne pas manquer donc en cette période de repos estival, à programmer dans tous les agendas et à réserver au plus vite !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>