Blog « Traces et Mémoire »

Bienvenue sur les carnets d'histoire du Luxembourg belge !
Nous vous invitons à remonter le temps, à redécouvrir les traces du passé.
Faits de la grande et de la petite Histoire, gestes et savoir-faire, traditions et folklore, personnages réels ou légendaires... Au travers des articles du blog, nos rédacteurs, nos ambassadeurs et vos coups de cœur contribueront à faire revivre l'Ardenne et la Lorraine d’autrefois.

Bons baisers de Bastogne, un message derrière l’image

13
oct
2016

Par 13 octobre 2016 Catégories 2ème Guerre mondiale Pas de commentaires

L’« Embracing Peace», c’est un bronze peint de 8 m de hauteur conçu par l’artiste américain Seward Johnson. Il se dresse aujourd’hui devant le Bastogne War Museum.

Ce couple monumental de 13 tonnes est prêté par la Johnson Atelier Technical Institute of Sculpture, une fonderie installée dans le New Jersey. Cet atelier permet à l’artiste de produire ses propres œuvres mais aussi celles de jeunes sculpteurs. Côté promotion, dans un grand parc verdoyant, le Grounds for Sculpture à Hamilton, Seward Johnson présente ses propres sculptures comme celles d’autres créateurs qu’il soutient.

Embracing Peace@SewardJohnsonandBastognewarmuseum

© 2004, 2005 The Seward Johnson Atelier, Inc.

Rendez-vous à Bastogne

De nombreuses raisons nous attirent vers Bastogne : des boutiques, des musées (voir notre article de présentation des musées de guerre, ici!), des restaurants, et depuis le 6 octobre 2016, une sculpture monumentale installée devant les Bastogne War Museum. Nous sommes partis à sa découverte.

© Mardasson, ville de Bastogne

© Mardasson, ville de Bastogne

Cette installation est le premier épisode d’une campagne d’événements exceptionnels qui unit les grands sites-témoins de la Seconde Guerre mondiale. Le 10 décembre, la Ville et le Bastogne War Museum vous donne rendez-vous avec les acteurs de Band of Brothers! Ces acteurs viennent à Bastogne pour la première fois à l’occasion du 15ème anniversaire de la sortie de cette série connue dans le monde entier ! Cliquez ici pour découvrir le monument qui leur est dédié.

Et si vous souhaitez rester à Bastogne et ses environs un week-end et plus, il y a bien d’autres lieux incontournables (voir sur notre site, ici!) qu’il ne faut pas manquer;

Exemple: le Bois de la Paix avec 4.000 arbres plantés de façon à faire apparaître du ciel, le sigle de l’Unicef : la mère et l’enfant, symbole de la tendresse universelle

© Ville de Bastogne

© Ville de Bastogne

.

Circuit touristique dans Bastogne

Ci-dessous un joli circuit dans Bastogne recensant la majorité des monuments liés à la Bataille des Ardennes

© Guide Les Batailles de l'Ardenne

© Guide Les Batailles de l’Ardenne

 

Une sculpture et deux photographes

Le travail de Seward Johnson est parfois critiqué par les spécialistes de l’art pour sa démarche artistique qui consiste à copier en 3 dimensions, avec l’aide d’un logiciel informatique, l’œuvre d’autres créateurs renommés (photographes ou peintres impressionnistes). Mais il attire toujours un public surpris et plutôt enthousiaste pour sa dimension monumentale et ludique.

Le choix du sujet et le voyage de l’oeuvre en Europe ont plutôt une valeur symbolique. Exposé devant le Mémorial de Caen et aujourd’hui devant le Mardasson à Bastogne, l’ardent baiser permet de prôner une valeur essentielle dans le fonctionnement démocratique : le respect de la liberté, valeur mise à mal aujourd’hui.

Il rappelle le baiser de la paix brandi par le dessinateur Luz sur une couverture de Charlie Hebdo, comme toute réponse à la violence.

© Charlie Hebdo

© Charlie Hebdo

L’œuvre exposée au Mardasson restitue, en ronde-bosse, deux célèbres photos de grands « capteurs d’images ». Un premier photographe a vécu dans sa chair, la grande guerre et dans son objectif, le second conflit mondial: c’est Alfred Eisenstaedt. Il publie nombre de photos dans des magazines européens des années 1930. Il va même y couvrir l’ascension d’Adolf Hitler! Exilé aux Etats-Unis en 1935, il devient le pionnier du reportage journalistique et l’un des photographes phares du magazine Life.

© 1945, Life

© 1945, Life

Le second est journaliste à la « Naval Aviation Photographic Unit » et prend la photo du même couple sous un autre angle. Il s’agit du renommé Victor Jorgensen dont la photo sera publiée dans le journal démocrate « New-York Times ». Voyez la différence!

© Kissing the War Goodbye Victor Jorgensen

© Kissing the War Goodbye Victor Jorgensen

Le pouvoir de l’image

Mais voyons de plus près le contexte historique qui a poussé ces deux grands photographes à clicher, sur le vif, un couple qui s’embrasse afin de bien cerner le message.

Petite histoire d’une grande image

Nous sommes le 14 août 1945 sur Times Square, au « Victory over Japan », jour d’euphorie pour les Américains qui apprennent la capitulation du Japon.

Notre reporter vient de surprendre un geste de romance qui va lui permettre de transmettre le sentiment de joie intense qui anime ses contemporains. Avec cette photo, le lecteur a lui aussi l’impression d’être là au bon moment.

Oubliées les deux bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki qui entraînent la décision ennemie de capituler. Le journal Life fait oublier les victimes et met en avant l’exaltation populaire à l’annonce de la fin de la guerre. La population a besoin d’images positives. Ce « faux couple » l’encourage.

Nous voyons dans cet exemple que la « photographie n’est pas un processus mécanique et automatisé, elle est l’œuvre d’un auteur avec une intentionnalité. »

 

Le marin et l’infirmière

Mais qui sont ces amoureux de 1945 ?

Récemment, l’image iconique est décryptée et les personnages identifiés.

  • L’infirmière était en réalité, assistante dans un cabinet dentaire. Elle est venue vérifier, durant sa pause de midi, la véracité des informations qui circulent dans la salle d’attente du dentiste. Elle vient d’arriver sur la place où se trouve le très populaire Life magazine. A l’époque, il n’y a pas de télévision, on est uniquement informé par les articles et les images reproduites dans les journaux.
  • Sur cette même place, un marin venu rendre visite à sa fiancée est ivre de joie. Mais il faut bien le dire, pas que de joie. Il vient d’apprendre qu’il ne devra plus retourner se battre dans le Pacifique. Plus encore, son frère, prisonnier des Japonais, va être libéré! Il embrasse toutes les filles sur son passage dont celle qui deviendra « l’infirmière » la plus célèbre du monde.

En 2005, elle relatera cet épisode en déclarant : « Je ne sais pas quoi penser du baiser… c’était juste quelqu’un qui fêtait une occasion. Ce n’était pas romantique ». Mais en 2012, elle nous rassurera :  » il n’y avait pas de mal à ça. Ce n’était que des bonnes nouvelles, les meilleures qu’on ait eues depuis des années… « 

Life, une source d’information ou un outil de propagande

A l’ère de la photo numérique transmise instantanément à l’autre bout du monde, il faut plus que jamais faire preuve d’esprit critique à la vision d’une image. Cet exemple nous le démontre à souhait.

A l’analyse, nous comprenons l’intention du photographe et du journal Life fondé en 1936 par Henry Luce. Life veut dès le début relayer la position du gouvernement. Il influencera énormément l’opinion des foyers américains. En 1940, Life atteint 21 % du lectorat, soit 22.5 millions de personnes. Durant la guerre, Henry Luce, grand patriote, ralliera Time et Life à la cause militaire.

Son journal accordera une place privilégiée à la photographie qui doit rendre compte de l’humain. La photo de guerre doit mettre en exergue la bravoure et la peur du soldat, ses espoirs et sa détresse. Pour ce faire, les plus grands photographes seront engagés et notamment Robert Capa sur le front de la Bataille des Ardennes.

Vous voulez en savoir plus?

Découvrez nos deux articles consacrés au Journalisme de Guerre (en lien avec un colloque organisé en 2016 à Bastogne:

 

En savoir plus

MARTIN, Jason. La rhétorique de l’image de guerre dans le magazine Life de 1936 à 1946: analyse critique et création d’un site web. 2011

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>